Ne me sentant plus du tout concerné, dû à mon désert capillaire, il est de mon devoir d'informer toutes les belles coiffures de l'école que le pou, l'indétrônable, celui de notre enfance et de nos aïeux est bien vivant et toujours là. Il s'octroie des vacances certes mais, hélas, met un point d'honneur à effectuer sa rentrée. Cette année, comme chaque année, excepté le mont Ventoux du chauve, le pou n'a pas de préférence: de la coiffure iroquoise de nos joueurs de foot du mondial aux belles chevelures ondulées de nos poupées et princesses en passant aux blondes, aux brunes et aux rousses. Le pou est là. Et pour s'en débarrasser; bon courage....

Retour à l'accueil