La nuit a été courte pour certaines. Les garçons se sont endormis très vite même les plus dynamiques. Ce sont les filles qui ont tenu la dragée haute du blablabla blablabla et blablabla. Heureusement qu'Olivier, le père de Noam, est un oiseau nocturne et a rappelé à l'ordre les filles. Sans oublier les pros veilleuses et les anti veilleuses. Du rififi chez les filles...

Ce matin, le réveil s'est fait progressivement à partir de six heures pour quelques garçons pendant que les huit mercenaires dormaient les poings fermés. Les vilaines de la nuit ont été rappelées à l'ordre par le maître qui, comme à son habitude, a bien dormi et bien ronflé. Florence montre déjà des signes de fatigue et le Doliprane est son compagnon du jour. Heureusement que le litre de café la maintient réveillée, tout comme moi.

Comme le jour est à la pluie, le programme s'est fixé sur les poneys et sur un cheval pour la voltige. Tout le monde s'occupe de son animal avec plaisir et passion. Il est possible que j'en ramène un pour le laisser en classe. Les chaussures sont bien crottées au sens propre comme au sens sale. Les parents qui ont eu la bonne idée des chaussures avec grands lacets sont priés dès le retour de nettoyer à 100° avec de la javel pure les lacets qui ont traîné dans l'urine et le fumier de nos amis les bêtes. Il faudra prévoir le même bain pour l'enfant.

Je tiens à rassurer la maman qui a passé 20 médicaments pour son fils. Il n'en a demandé aucun.

Les photographes s'expriment à coeur joie. Les appareils jetables sont finis. Pour les autres, c'est la misère picturale à 2500 photos en capacité maximale. Tout a été pris sauf l'essentiel. De l'art abstrait...

Nous avons eu la chance de voir un maréchal-ferrant. Nous continuons cet après-midi poney et voltige. Les parents seront appelés ce soir entre 20h et 21h.

Retour à l'accueil