La journée a été consacrée à la ferme ce jour dans son sens polysémantique. Le réveil était les yeux fermés pour tous. Pas un seul pour sonner le clairon à 6 heures du matin. J'ai du me reprendre à plusieurs fois par des mots doux, des caresses et des petits bisous. Je me suis senti transporté quelques années en arrière avec mon fils Romain et ma fille Julie.

Au petit déjeuner, les yeux sont lourds, très lourds. Aucune partie de foot à prévoir. D'ailleurs, c'est inutile, les jambes ne suivent pas à ce moment-là.

Direction la ferme pour retrouver Valérie qui nous attend de pied ferme pour donner à manger aux animaux. Les ânes, le cochon, les moutons, les chèvres, l'oie, les poules, les pigeons, les lapins étaient très impatients. Le courage ne fut pas au rendez-vous surtout quand le ventre qui famine dans la basse-cour. Les animaux se pressaient autour des enfants chargés de foin qui prirent rapidement la résolution de jeter au loin la nourriture et de s'enfuir à toutes jambes. Il faut dire que les vrais animaux ne se comportent pas de la même manière que les animaux virtuels sur ordinateur. Pendant que vos enfants peinaient dans ce dur labeur, le maître et sa maîtresse Oie s'adressaient des mamours. Quelques enfants voulurent s'interposer mais l'oie n'est pas prêteuse, là est son moindre défaut et des coups de bec furent adressés aux longs cheveux des rivales.

La préparation du pélardon étant longue et fastidieuse, le retourné-jeté dans la faisselle fut complètement raté par une Nadège qui n'avait pas écouté les consignes. Elle ne mérite même pas une faisselle. Une pincée de sel et voici la deuxième étape.

Les moutons et les chèvres  nous invitèrent à une promenade dans la forêt des fées. Les arbres n'eurent aucun secret pour des chèvres acrobates et les moutons n'eurent aucun respect pour des enfants en poussant les uns et les autres à la recherche de l'herbe la plus verte. Une leçon sur les régimes alimentaires et voici nos quatre mousquetaires allongés dans l'herbe sous un rayon de soleil caressant leur visage (voir photo). Quelques ronflements se firent entendre pendant que les enfants construisaient capitelle et tipi locaux. Cédric tenta une chevauchée fantastique sur le dos d'un mouton mais son parcours fut sans queue ni tête pendant que Thierry se lia d'amitié avec une chèvre conciliante. Le chemin continua et tout le monde se retrouva sur la pierre de méditation de la forêt des fées. Un moment de calme absolu où tous voulurent laisser à jamais ses problèmes et ses tracas. Malheureusement pour l'enseignant, Cédric et Nadège le suivirent. Cette pierre ne fonctionnait que pour les autres. (voir photo)

De retour l'après-midi à la ferme, un grand jeu de l'oie eut lieu. Livrés à eux-mêmes sur le domaine, les enfants durent trouver les réponses cachées dans le poulailler et le clapier. Le courage de se retrouver seul face à des adversaires coriaces  fut difficile pour certains. Heureusement que le plateau de jeu était rempli de bonbons (voir photo). Après l'effort le réconfort suffit. 

Pour la troisième fois,  le fromage fut pour la dernière fois retourné et l'expérience était au rendez-vous.

Malheureusement, cette belle journée, résultat d'une semaine merveilleuse fut gâchée par une  partie de foot mémorable entre les enfants et les adultes dont le seul désir ne fut pas le bonheur de la classe mais la satisfaction personnelle d'écraser la jeune génération. Tous les coups furent permis et aucun adulte, enseignant, mères et père ne rattrapèrent l'autre. Céline ouvrit les hostilité par un haka improvisé. Le ton était donné. Malheureusement pour eux, la jeunesse, la fougue, l'impétuosité et la technique eurent le dessus et c'est un trois à zéro qui déstabilisa l'adversaire vieillissant. Mais quand on est un grognard napoléonien, la victoire se joue au gong final. Ainsi, un remake de   Liverpool -Milan AC est rejoué.  La révolte sonna et malgré une Matérazzi d'Enzo dans le bas-ventre de Cédric qui le mit K.O au sol, Thierry, pourtant accroché par la jambe par Gabin réussit à marquer le retour improbable. Nadége s'écroula volontairement sur Clémence et Céline écrasa les pieds de tous ceux qui s'approchaient d'elle. L'incroyable se produisit. 1, 2 , 3 et enfin 4 à 3 pour les quadras. L'arbitre, le maître bien entendu, siffla immédiatement la fin de la rencontre. Les adversaires dépités crièrent au scandale et les quatre mousquetaires sautèrent de joie en chantant :" qui ne saute pas n'est pas parent....". Certes, Nadège mit tout son art en calmant les esprits. Cédric fit de même et Céline expliqua calmement qu'il fallait accepter la défaite. Quand au maître, il était trop occupé à compter les enfants.

Heureusement, la boum vint et les filles mirent toutes leur énergie à se maquiller, à se pomponner, à se coiffer, à être les princesses du soir. Pour les garçons, une fixation béton suffit.

Une soirée dansante merveilleuse où des couples se formèrent....... mais secret professionnel oblige, je ne peux dévoiler les noms.

Demain dernier jour. Arrivée prévue vers 15h45.

 

 

 

Animaux, forêt des fées, jeu de l'oie et boum.
Animaux, forêt des fées, jeu de l'oie et boum.
Animaux, forêt des fées, jeu de l'oie et boum.
Retour à l'accueil