Porte à porte, elles arrivent. Porte à porte, elles arrivent.

Porte à porte, elles arrivent.

Ils sont de retour. Non, David Vincent ne les a pas croisés en voulant prendre un raccourci mais ce sont les mêmes qui s’initiaient en s’entraînant à passer la raclette sur le toit de mon bureau pour apprendre à être des hommes parfaits pour les tâches ménagères la dernière fois. Rebelote avec les mêmes acteurs. Cette fois-ci ils s’emportent avec les toilettes. Comme ils ne font pas les choses à moitié, les voici changeant toutes les portes des w.c. Du travail bien fait. Le gond n’a que bien se tenir et pas besoin de lunette pour voir la différence. Le temps avait usé les anciennes et il fallait de la précision pour qu’elles se tiennent à carreau des sanitaires. Ils ont pris la porte et pourtant je leur ai ouvert les bras. Un petit va et vient pour toutes les changer. Ceux qui n’étaient pas au courant furent interloqués mais qu’ils se rassurent, les loquets sont bien en place. En attendant, les anciennes portes peintes de la génération de Laurine (oui, je sais, Laurine, que tu lis le blog) ont été entreposées dans la salle Borelly pour un dernier baroud d’honneur  comme ultime œuvre murale. Les nouvelles vont vite et déjà certaines ont pris le chemin de la salle des arts. Jackson Pollock a été mis à l’honneur et Piet Mondrian va bientôt arriver. Quant à nos hommes parfaits, quel est leur prochain dessein ? Feront-ils du porte à porte ?  

Retour à l'accueil